Bretagne : La célèbre « maison aux menhirs » de Carnac a trouvé preneur

A Carnac, une maison située au milieu des menhirs était en vente depuis plus d’un an.Elle a fini par trouver preneur. Un commerçant de la région d’Auray a acquis la demeure à l’environnement si particulier.Chaque année, des centaines de milliers de touristes photographient la maison et ses alignements.

Elle fait partie des maisons les plus photographiées de Bretagne. A l’image des célèbres maisons entre les rochers de Plougrescant ou de celle posée sur la petite île de Saint-Cado, la bâtisse située juste à côté des alignements de Carnac ( Morbihan) est l’une des cartes postales de la région. Mise en vente il y a un an, la propriété n’avait jusqu’ici pas trouvé preneur. C’est désormais chose faite. « Une offre a été faite et elle a été acceptée. Nous sommes en train de rédiger un compromis », explique Pierre-Arnaud Vicente.

L’an dernier, le directeur de l’agence immobilière Century 21 de Plouharnel avait été contacté par le propriétaire, qui souhaitait se séparer de son bien familial. L’estimation réalisée par l’État ne l’avait pas convaincu et l’homme s’était tourné vers l’agence de l’Océan. Mise en vente à 300.000 euros, la bâtisse de trois pièces et 100 m² avait vu son prix être abaissé à 260.000 euros ces dernières semaines. « Nous avons eu plusieurs visites. Mais les contraintes de l’environnement proche de la maison ont bloqué plusieurs acheteurs. »

Cet « environnement proche » n’est pas des plus communs. Surnommée « la maison aux menhirs », la demeure est située au beau milieu des alignements de Carnac, visités et photographiés par des centaines de milliers de curieux chaque année. Propriété de particuliers jusqu’en 1883, le parc aux menhirs avait été vendu à l’État.

La maison, elle, est restée là. Conservant un droit de passage dans le « jardin » où les animaux ont passé des années à paître, avant de laisser place aux touristes.

Le mystère des menhirs perdure…

Dans un article de nos confrères d’Ouest-France, on apprend que le propriétaire actuel, André Tual, a hérité cette maison de son père, qui l’a achetée en 1954. Si le compromis de vente est validé, elle reviendra aux mains d’un commerçant local, installé près d’Auray. « Je crois que je risque de pleurer quand cette maison sera achetée », avait indiqué l’ancien ostréiculteur à nos confrères. L’histoire ne dit pas si ce dur à cuire l’a fait.

Environ 3.000 pierres levées se dressent à Carnac et La Trinité-sur-Mer. Mais il y en avait sans doute beaucoup plus au moment de leur « installation », estimée entre 4.000 et 5.000 ans avant Jésus-Christ. A quoi servaient-elles ? On l’ignore toujours aujourd’hui. Le mystère perdure.

Click Here: tipperary gaa jerseys

Société
Bretagne : Un vaste projet viticole suscite la fronde à Belle-Ile-en-Mer
Société
Bretagne secrète, insolite ou méconnue… La région tente de « disperser » ses touristes pour éviter la surfréquentation

Leave A Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *