Brigitte Bardot maltraitée par ses parents : sa dernière fessée à 16 ans

Au mois de mars 2019, Brigitte Bardot avait une nouvelle fois choqué en tenant des propos particulièrement violents envers les habitants de l’île de la Réunion. La star a présenté, à demi-mot, ses excuses, estimant que si la forme était brutale, c’est le fond, c’est-à-dire son combat pour les animaux, qui l’avait entraînée à tenir de tels propos. Cette controverse de plus qui remplit son tableau de chasse pas très reluisant des provocations a poussé L’Express à s’interroger sur la femme en colère qu’est BB et l’a rencontrée. C’est ainsi que le magazine publie un récit passionnant sur l’icône, divisé en plusieurs épisodes. Son enfance est ainsi décryptée, à la lumière des souvenirs de l’actrice mythique.

La petite Brigitte est la fille de Louis et Anne-Marie Bardot, dont les principes rigides ont eu de terribles conséquences sur sa vie. Elle n’a que 7 ans et demi quand elle casse sans le vouloir, alors qu’elle joue à cache-cache avec sa soeur Mijanou (4 ans à l’époque), une précieuse potiche chinoise : “Le soir, le père leur administre à chacune vingt coups de cravache. Et la mère prévient : ‘À partir de maintenant, vous n’êtes plus nos filles, vous êtes des étrangères et, comme les étrangers, vous nous direz ‘vous’. Vous n’êtes pas ici chez vous, mais chez nous !‘”, écrit L’Express.

Des parents qu’elle voudra fuir à tout prix. “À compter de ce jour, j’ai été en perpétuel conflit avec mes parents.” Son père, un industriel très occupé par son métier, et sa mère, maniaque et raide qui gère le foyer d’une main de fer. À 15 ans, elle tombe amoureuse de Roger Vadim, 22 ans. Ses parents tentent de l’éloigner de lui et l’envoient en internat en Angleterre à 16 ans. Elle tente de se suicider, “la tête dans le four“, précise L’Express. Ses parents cèdent et l’autorisent à l’épouser quand elle sera majeure. Entre-temps, Brigitte Bardot aura eu droit, après avoir raté son couvre-feu d’une demi-heure après une fête, à “sa dernière fessée paternelle à 16 ans et demi, jupe relevée, sous les yeux effarés de l’étudiant de bonne famille qui lui avait servi, ce soir-là, de cavalier autorisé“. Une jeunesse sous le signe de l’humiliation qui a forcément contribué à faire d’elle la femme blessée d’aujourd’hui.

Retrouvez l’intégralité du dossier dans le magazine L’Express du 17 avril 2019

Click Here: stade francais rugby jerseys

Leave A Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *