Cannes 2014 – Gala a vu Respire **

Mélanie Laurent présentait samedi soir son second film à la Semaine de la Critique. Une jolie surprise.

Elle avait des larmes dans la voix. Des larmes de joie, au moment de présenter Respire au public de la Semaine de la critique. Un second film très réussi adapté du roman d’Anne-Sophie Brasme sur l’amitié-amour entre ados et la manipulation des sentiments.

On pourrait parler d’un film de trentenaire: l’âge où l’on réfléchit à ce qui nous a construits, avant d’imaginer ce que seront les sentiments de demain. L’âge où la passion n’a plus autant de prise sur nos vies.

Un film de trentenaire également pour ses maladresses, mais aussi ses astuces de mise en scène – le travail sur le changement de point de vue au moment où l’on suit l’une des héroïnes jusqu’à chez elle. Un vent de fraîcheur sur ce cinéma français parfois obsédé par une certaine sobriété.

Charlie a 18 ans. Ses parents se déchirent, et elle reste très concentrée sur ses études. Sarah débarque un jour dans sa vie, attachante, séduisante, sûre d’elle, elle l’“initie” à la vraie vie: fête, alcool, pétards… En même temps qu’elle booste sa confiance et étend son emprise sur elle.

Sarah souffle le chaud et le froid et étouffe Charlie -par ailleurs asthmatique, tiens donc- comme cette plante parasite du géranium qu’elle étudie en sciences-nat’, au cas où on n’aurait pas compris. Le duo entre la profonde Joséphine Japy et la lumineuse Lou de Laâge – qui tient là son premier vrai rôle – s’épanouit au milieu d’une troupe de seconds couteaux très bien choisis. On aime ces jeunes, on croit à leurs histoires et on reste happé par une intrigue bien menée jusqu’à la chute.

> De Mélanie Laurent, avec Joséphine Japy, Lou de Laâge, Isabelle Carré, Claire Keim. 1h31

Click Here: liverpool mens jersey

Leave A Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *