Déconfinement à Toulouse : Pesquet, rovers martiens… Pour le redécollage, la Cité de l’Espace et ses visiteurs rattrapent le temps perdu

Après des mois d’arrêt, la Cité de l’espace a accueilli des milliers de visiteurs durant le Pont de Pentecôte et retrouve avec bonheur touristes venus de loin et scolaires sur la brèche.La fermeture a coïncidé avec l’arrivée de Perseverance sur Mars et le départ de Thomas Pesquet pour l’ISS.Mais tout est fait pour rattraper le temps perdu.

Pour oublier le carcan des 10 kilomètres et du confinement autant voyager à des années-lumière. En ce mardi matin, le petit Paul arrive de Bordeaux avec son frère cadet et ses parents, en arborant la tenue la plus adéquate qui soit pour une visite de la Cité de l’Espace : sa panoplie de cosmonaute, reçue à Noël. Alors oui, Paul devrait être à l’école. « Mais on a décidé de jouer la prudence et de venir un mardi pour éviter la foule », explique Julie, sa maman. Car cette expédition à Toulouse est le point d’orgue de l’anniversaire spatial et spécial du petit garçon qui a suivi sur Instagram le décollage de la mission Alpha de Thomas Pesquet pour la Station spatiale internationale (ISS) et sait faire la différence entre les rovers martiens Curiosity et Perseverance.

Click Here: England National Rugby Team Jersey

La famille Bordelaise n’a pas eu tort. S’il y a foule à l’entrée ce mardi à l’heure d’ouverture et une queue pour le contrôle de sécurité, à l’intérieur, on peut se mouvoir tranquille, dans le respect des distances physiques. Mais pour le redécollage de Pentecôte, « nous avons eu une belle fréquentation de week-end, presque normale pour un pont », se réjouit Jean-Baptiste Desbois, le directeur du parc scientifique. L’accueil a distribué 1.500 stylets tactiles – la nouveauté du moment très appréciée des visiteurs pour profiter des bornes interactives sans prendre de risque – dimanche, 1.000 samedi et lundi. Avec une belle réactivité, les scolaires sont aussi de retour depuis lundi qui, à titre de test et jusqu’à nouvel ordre, n’est plus un jour de fermeture. Un « moyen de rattraper le temps perdu » pour un personnel « frustré » d’avoir vécu à huis clos des événements spatiaux comme l’arrivée de Perseverance du Mars ou le deuxième départ de Thomas Pesquet.

Entraînement physique et cérébral pour la mission réouverture

Mission réussie niveau rattrapage à en croire Philippe, un Lyonnais en virée en combi dans le Sud-Ouest avec des amis. « On a l’impression de se repasser les informations qu’on a entendues pendant le confinement », assure-t-il tout en comparant l’esthétique du rover Perseverance et de son « cousin » chinois Zhurong, tous deux en taille réelle. Dans un autre bâtiment, Paul profite de la nouvelle « salle de contrôle » inaugurée pour le suivi de la mission Alpha. Il observe en direct quelques instants la trajectoire de l’ISS. Dans cette « news room », lancée sans personne, le public semble avoir une prédilection pour l’essayage des sièges de la capsule Crew Dragon, celle où a pris place l’astronaute français.

Dans un coin, le maillot spécial Coupe d’Europe du Stade Toulousaine n’a pas encore sa cinquième étoile mais les visiteurs, essentiellement venus de loin, ne relèvent pas ce décalage spatiotemporel. Sur le mur d’images, la Cité retransmettra – normalement le mercredi 16 et le dimanche 20 juin – les fameuses sorties extra-véhiculaires de Thomas Pesquet. Le parfum des grands rendez-vous flotte à nouveau sur la Cité de l’Espace où les médiateurs ont dû participer à un training, physique et cérébral, intensif, se coltinant de faux clients exigeants, pour réapprendre à rester debout des journées entières et à répondre aux questions les plus pointues.

Sport
Champions Cup : Depuis l’ISS, Thomas Pesquet affiche son soutien au Stade Toulousain avant la finale contre La Rochelle
Toulouse
Toulouse : Vous pourrez (bientôt) suivre la mission de Thomas Pesquet depuis la Cité de l’Espace

Leave A Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *