« La Traversée » : Le périple de jeunes migrants racontée en peinture animée

« La Traversée » décrit le périple d’une sœur et d’un frère d’un pays imaginaire, chassés de chez eux et séparés de leur famille.Ce conte récompensé au Festival d’Annecy surprend par sa force visuelle.La réalisatrice Florence Miailhe mêle la peinture à l’animation pour un résultat magnifique.

« De la peinture animée » : c’est ainsi que Florence Miailhe définit La Traversée. Ce film,  récompensé au Festival d’Annecy, émerveille par son parti pris esthétique comme par les émotions qui s’en dégagent. La fuite d’une sœur et d’un frère chassés de chez eux et séparés de leur famille par un pouvoir totalitaire devient un poème filmé devant la caméra de l’artiste.

« L’histoire que je raconte est intemporelle, explique la cinéaste à 20 Minutes. Les épreuves et les rencontres que vivent mes héros pourraient se passer n’importe où et n’importe quand. » Le spectateur prend fait et cause pour ces adolescents débrouillards et solidaires qui en voient de toutes les couleurs au fil de leur périple.

Une incroyable force vitale

Vendus à un couple aisé, persécutés par des soldats, recueillis par un cirque ou enfermés dans un camp, les jeunes héros font montre d’une incroyable force vitale qu’une animation aussi fluide que chatoyante traduit parfaitement. « Les animateurs peignaient directement sur des plaques de verre, précise Florence Miailhe. C’est un procédé très risqué car il est facile de rater et d’avoir à tout recommencer. » La réalisatrice, multirécompensée pour ses courts-métrages, a mis plus de dix ans pour achever ce « long ».

Click Here: Gold Coast Suns Guernsey

Florence Miailhe faisait de nombreux allers-retours entre la France, l’Allemagne et la République tchèque où, coproduction oblige, les scènes de La Traversée étaient réalisées. « J’étais parfois un peu frustrée de ne pas pouvoir manier le pinceau moi-même, reconnaît-elle. On peut être tenté de se dire qu’il serait plus rapide de faire les choses toute seule plutôt que les expliquer à une équipe, mais c’est un leurre car le travail collectif est capital sur un projet de cette ampleur. » Quatorze animatrices et un animateur ont travaillé sous la direction de la cinéaste pendant trois ans.

Une affaire de transmission

L’illusion du mouvement est parfaite et les émotions affleurent de chaque plan d’un conte à l’ahurissante beauté formelle. Florence Miailhe a aussi puisé son inspiration dans les merveilleux croquis que dessinait sa mère et qu’elle a conservés. Ils servent de base pour ce que dessine l’héroïne qui recueille ses impressions au crayon noir dans un carnet. « L’art aide à supporter les épreuves de la vie comme à transmettre ce qu’on a vécu », déclare la cinéaste. La Traversée, fable universelle, démontre la pertinence de ce point de vue.

Cinéma
Festival d’Annecy: « Flee » remporte le Cristal du long-métrage d’animation
Cinéma
« Ride Your Wave »: Le Japonais Masaaki Yuasa surfe entre entre histoire d’eau et vague à l’âme

Leave A Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *