Le Bigdil : Qu’est devenu Bill, l’extraterrestre bleu ?

Entre 1998 et 2004, des millions de Français suivaient quotidiennement ses aventures dans Le Bigdil sur TF1. Mais quinze années après la fin de l’émission, que devient Bill l’extraterrestre bleu (ou plutôt son interprète, Gilles Vautier) qui accompagnait Vincent Lagaf à l’animation ?

Pour le savoir, nos confrères de Télépro.be ont contacté le principal intéressé pour les besoins de leur podcast #TéléproLive. Gilles Vautier (56 ans) est alors revenu sur la façon dont il a atterri dans Le Bigdil… après avoir bien connu Lagaf’ lorsqu’ils fréquentaient tous les deux le café-théâtre Le Carré blanc à Paris : “Je connais Vincent Lagaf’ depuis une trentaine d’années, on a dû se connaître en 87–88. On adorait travailler ensemble, on adorait faire les clowns ensemble.” C’est pourquoi ce dernier a directement pensé à son ami lorsqu’il a été question de trouver un interprète pour le personnage animé de son nouveau programme pour TF1 ! “Tu es le seul qui sache improviser comme j’aime“, aurait assuré Vincent Lagaf’ à son camarade.

Dès 1998, Gilles Vautier a donc enchaîné les tournages avec sa combinaison pleine de capteurs, capable de donner vie à l’extraterrestre sur l’écran du plateau. “Quand l’émission démarre, c’est tout neuf cette technologie. C’est en direct. Grâce à un système de motion capture 3D en direct, le personnage effectuait les gestes que j’effectuais“, s’est-il rappelé. Deux techniciens, prénommés David et Pascal, étaient quant à eux chargés de faire bouger les lèvres du personnage simultanément.

Click Here: Ireland Rugby Shop

Après la fin de l’émission et une certaine lassitude, Gilles Vautier a renoué avec ses amours pour la photographie. “Je suis photographe. Je travaille dans une très grande société comme consultant photo, et en même temps j’expose à droite à gauche“, a-t-il confié à nos confrères avant d’ajouter avec fierté : “Je fais des créations originales, du moins je l’espère. Je suis un homme très heureux parce que je vis de mes créations et c’est la plus belle chose du monde.

Pour finir, lorsqu’il est interrogé sur un possible retour de Bill dans une nouvelle mouture du Bigdil, le photographe assure : “Tous les ans, j’en entends parler mais on ne m’a jamais contacté pour reprendre Bill.”

Vous savez tout !

Leave A Comment

Leave a Reply